14-18: «On voulait raconter les tranchées, ces cercueils à ciel ouvert»

Edition numérique des abonnés

  – Maxime Fauconnier.

A Seneffe, les tractopelles ont creusé une tranchée d’un nouveau genre. Hyperréalistes par endroits, plus minimalistes ailleurs, les boyaux sinueux dessinent un labyrinthe improbable dans ce petit champ laissé à disposition par le CPAS. Cet été, une petite bande de vingtenaires bruxellois y a tourné 11.11.18, un long-métrage suivant un aviateur allemand tombé dans une tranchée ennemie. Avec l’aide de l’aumônier, le soldat va tenter de se fondre dans la masse pour trouver un moyen de quitter la tranchée alors que la rumeur d’un armistice se propage. La technique est originale : l’histoire est racontée à travers les yeux de ce personnage, en caméra subjective (concrètement fixée sur le casque de l’acteur/cadreur principal) et filmée en une seule prise.