Concours de recrutement, cadence législative… la Chambre des représentants se défend

La qualité et la cadence de la production législative ont fait l’objet ces derniers jours de beaucoup de critiques dans la presse. Il n’en fallait pas plus pour que la Chambre des représentants publie deux communiqués, mercredi, pour défendre le rendement des députés.

«Il n’y a aucun retard dans le travail législatif». C’est la conclusion d’un communiqué rendu public mercredi par la Chambre des représentants. Répondant à des critiques concernant «le retard dans le processus de promulgation de certains textes», la première Chambre a affirmé qu’une réunion du président, Habib El Malki, avec les présidents des commissions et des groupes parlementaires avait permis «une programmation globale et précise de la législation, aussi bien au niveau des projets que des propositions de loi».
Le communiqué rappelle que toutes les composantes de la Chambre ont affirmé leur prédisposition à consentir des efforts supplémentaires afin d’adopter les textes organiques et ordinaires restants dans les plus brefs délais. «Malgré la nature de la période législative actuelle, marquée par les discussions autour du projet de loi de Finances, les autres textes n’ont pas été retardés et sont programmés en parallèle», précise le communiqué.
La Chambre des représentants a publié un second communiqué dans la même journée. Cette fois-ci pour réfuter les accusations relatives au flou ayant entouré l’organisation d’un concours de recrutement des fonctionnaires de la Chambre. Dans ce sens, la première Chambre a tenu à préciser que les opérations de recrutement dans les différents cycles de fonctions sont régies par les statuts relatifs aux fonctionnaires de la Chambre des représentants et qui imposent l’organisation d’un concours d’accès.
Rappelant que le budget de l’institution prévoit 20 nouveaux postes budgétaires pour le compte de l’année 2018, le communiqué de la Chambre souligne que l’École nationale supérieure de l’administration a été mandatée pour gérer le concours de recrutement à travers l’organisation des examens écrits et oraux. Une commission de suivi composée des membres du bureau a été également mise en place, précise le communiqué de la Chambre, rappelant que le dernier concours de recrutement des fonctionnaires de la Chambre des représentants avait été organisé en 2006.
Pour rappel, le Parlement a été épinglé à maintes reprises sur la faiblesse de la cadence législative. Plusieurs réunions avaient été organisées par le président de la première Chambre avec les présidents des groupes et des commissions afin d’accélérer la cadence. Toutefois, plusieurs textes ont enregistré un retard important. Certains ont passé plusieurs mois dans le circuit législatif avant leur adoption définitive.