Contre Dijon, l'OM doit se soigner

«Ce n’est pas du niveau de l’OM». Dépité, Luiz Gustavo a exprimé sa frustration après l’élimination des Phocéens de la Ligue Europa jeudi, pourtant finalistes en titre. Marseille s’est incliné 2-1 sur la pelouse de la Lazio Rome et a confirmé son état de crise. Depuis sa victoire miraculeuse à Nice le 21 octobre (0-1), le club a essuyé 4 revers. Entre les deux défaites face à la Lazio, les Olympiens ont été battus à domicile par le rival parisien (2-0) et corrigés à Montpellier (3-0). Pour Luiz Gustavo, la situation doit s’inverser et les siens doivent faire preuve de «caractère». «On ne peut pas lâcher. C’est un moment difficile, où il faut rester ensemble. Il faut montrer notre caractère, notre force pour changer notre situation. Et c’est sur le terrain qu’on doit le faire», a commenté l’ancien Bavarois en marge de la défaite à Rome.

Dimanche, l’Olympique de Marseille sera opposé à une autre équipe en crise. Si les Dijonnais ont démarré leur exercice 2018/2019 avec trois victoires de suite, ils restent sur 9 matches sans gagner (2 nuls, 7 défaites). Alors comment Marseille pourrait relever la tête ? «En gagnant dimanche», contre Dijon, a affirmé Rudi Garcia jeudi, la tête déjà vers la Ligue 1. «Il faut qu’on récupère vite et bien parce que dans moins de 72 heures, on est sur le terrain contre Dijon. Et il faut absolument gagner pour réduire l’écart avec le podium»

Gagner, le remède idéal ?

«Quelle que soit la fatigue, on n’a pas d’autre choix que de gagner». Rudi Garcia a définitivement annoncé la couleur. Sauf que le coach olympien, suspendu contre Paris, ne sera pas sur le banc de son équipe contre Dijon. Les coéquipiers de Dimitri Payet enregistreront en revanche les retours de Valère Germain, Boubacar Kamara et Jordan Amavi, qui étaient en tribunes à Rome. L’OM doit gagner contre Dijon mais ce n’est peut-être pas le seul point important. Car si Marseille a battu Nice, le contenu était très léger. S’en sont d’ailleurs suivies quatre défaites significatives d’un manque d’inspiration. Oui, l’OM joue moins bien. Oui, l’OM met moins d’impact. Comment expliquer une telle méforme alors que le club sort pourtant d’une saison riche en émotions ?

Il faut le dire, les recrues ne sont, pour l’instant, pas au niveau. Arrivé de l’AS Rome pour 25 millions d’euros, Kevin Strootman déçoit. Il n’a jamais pesé dans un match si ce n’est contre Caen le 7 octobre. Le Néerlandais peine à trouver de la complicité avec Luiz Gustavo et Morgan Sanson. Débuts compliqués également pour Nemanja Radonjic. L’ancien joueur de l’étoile Rouge de Belgrade n’a toujours pas justifié son transfert de 12 millions d’euros. Outre sa vitesse et sa relance hasardeuse coûtant la défaite contre Francfort (1-2), on ne retient pour l’instant pas grand-chose du Serbe. Enfin, Duje Caleta Car semble aussi montrer des difficultés d’adaptation depuis son arrivée dans l’hexagone. Pas de match référence pour le vice-champion du monde mais une expulsion contre Lyon, et un duel de la tête perdu contre Parolo à Rome. Florian Thauvin (8 buts, 3 passes) et Dimitri Payet (6 buts, 6 passes), qui avaient pourtant impressionné en début de saison, semblent à bout de souffle. S’ils marquent et passent, ils ne font plus gagner les matches. Mentionnons enfin les baisses de régime de Steve Mandanda et Luiz Gustavo, et les 5 matches sans marquer pour Kostas Mitroglou et Valère Germain. Une victoire ce dimanche au Vélodrome pourrait bel et bien soigner des maux importants.