Netanyahou à Paris dimanche pour commémorer la fin de la Première Guerre mondiale

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou devrait s’envoler samedi soir en direction de Paris pour assister le lendemain aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

Au cours de sa visite, il est prévu qu’il rencontre le président français Emmanuel Macron de même qu’il pourrait également s’entretenir avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Le bureau de Netanyahou s’est par ailleurs efforcé d’organiser une entrevue avec le président russe Vladimir Poutine. La réunion n’a toutefois pas été confirmée avant le départ du Premier ministre.

A l’occasion de la commémoration du centenaire de l’Armistice, Netanyahou et le président russe devaient se rencontrer le 11 novembre à Paris mais l’entretien a été annulé en début de semaine.

Officiellement, l’interdiction des relations non-officielles en a été la cause, la France ayant demandé que des réunions ne se tiennent pas en marge des commémorations de la Première Guerre mondiale à Paris.

Cependant, les relations sont toujours tendues entre les deux chefs d’Etat après l’incident aérien survenu en septembre qui a coûté la vie à 15 soldats russes.

Le ministère russe de la Défense avait accusé Israël d’être “entièrement responsable” du crash d’un de ses avions. Moscou avait déclaré qu’Israël avait délibérément induit la Russie en erreur sur les frappes aériennes prévues sur la ville syrienne de Lattaquié, empêchant l’avion abattu de voler dans un espace sûr.

PHILIPPE WOJAZER (POOL/AFP)

Plus de 60 chefs d’Etat et de gouvernement seront réunis dimanche à Paris pour commémorer le centenaire de l’armistice de la Grande guerre, rassemblement hors norme qu’Emmanuel Macron veut mettre à profit pour vanter le multilatéralisme dans les relations internationales.

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont par ailleurs dévoilé samedi une plaque pour commémorer l’armistice de 1918, lors d’une cérémonie hautement symbolique dans la clairière de Rethondes (nord) où fut scellée la fin de la Première Guerre mondiale.

C’est la première fois depuis 1945 que le président français et le chef du gouvernement allemand se rencontrent dans ce mémorial, situé dans une clairière de la forêt de Compiègne.

L’armistice entre les émissaires allemands et le général des armées alliées Ferdinand Foch y fut signé au petit matin du 11 novembre 1918, dans un wagon restaurant, mettant un terme à un conflit qui fit 18 millions de morts.