Parlement européen 2019 : vers des bouleversements au sein de l'hémicycle.

Cette semaine a vraiment marqué le top départ de la campagne des élections européennes.

Un coup d’envoi qui a été marqué par la désignation jeudi de l’Allemand Manfred Weber  comme chef de file de la droite européenne pour les élections de mai prochain. Il a été largement élu: 80% des voix face à son concurrent le finlandais Alexander Stubb. Manfred Weber va donc emmener le parti populaire européen vers un objectif: faire tout pour que le PPE conserve sa majorité et ainsi il pourrait succéder à jean Claude Junker a la présidence de la commission européenne.

Pour autant même si la droite a toutes les chances de sortir en tête du scrutin, Manfred Weber n’est pas du tout assuré d’être nommé. Tous les sondages concluent à  la fin de la domination du PPE et des sociaux-démocrates au Parlement européen. 

L’arrivée des populistes en force pourrait changer la donne. Quant à Emmanuel Macron il met tout en œuvre  pour constituer une puissante force centriste. En mai prochain, les cartes pourraient être fortement redistribuées pour constituer des majorités.

Christine Verger Conseillère à l’institut Notre Europe Jacques Delors.

Du coté des socialistes européens, l’actuel candidat Franck Timmermans est loin de faire l’unanimité. “C’est une tragédie” explique un responsable socialiste européen. Depuis cinq ans, en tant que premier vice-président de la commission Junker il n’a rien fait pour soutenir les sociaux-démocrates. Franck Timmermans  sera désigné lors du congrès des sociaux-démocrates les 7 et 8 décembre prochain.

En Allemagne, Ryanair signe un accord avec le syndicat Verdi

Un accord sur la rémunération et les conditions de travail du personnel navigant.

Il sera soumis au vote des employés mardi. Un accord pour deux ans qui confirme l’application du droit du travail allemand pour les salariés allemands. 

L’affaire Navalny s’invite devant la cour européenne des droits de l’homme.

Jeudi la CEDH se prononcera sur plusieurs requêtes d’Alexeï Navalny. Avocat, militant, anticorruption  L’opposant numéro un à Vladimir Poutine accuse Moscou d’arrestations arbitraires. Il demande aux juges européens  de reconnaitre les motivations politiques de ses arrestations. Alexeï Navalny devrait se rendre jeudi à Strasbourg.

Dans l’agenda européen.

Mardi  date limite pour que Rome remette à la Commission européenne son projet de budget révisé.

Sans doute nouvelle poussée de fièvre attendue entre Bruxelles et l’Italie

Session à partir de lundi du Parlement européen. Mardi soir le  téléphone sonne Europe sera consacré à l’impossible taxation des Gafa

L’équipe