Soupçons d'espionnage : Moscou dénonce les «accusations infondées» de Vienne

Suite aux soupçons exprimés par le chancelier fédéral autrichien Sebastian Kurz au sujet d’un colonel accusé d’espionnage pour le compte de la Russie, Moscou a dénoncé ce 10 novembre des «accusations infondées».

La Russie a dénoncé le 10 novembre les «accusations infondées» lancées à son encontre par l’Autriche, qui soupçonne un de ses colonels d’armée d’avoir été, des années durant, un informateur des services de renseignement russes.

Selon Moscou, la ministre autrichienne des Affaires étrangères Karin Kneissl a appelé le 10 novembre son homologue russe Sergueï Lavrov pour évoquer cette affaire, embarrassante pour les relations jusqu’ici cordiales entre les deux pays.

Karin Kneissl a exprimé l’espoir que les mesures prises n’affecteraient pas le développement futur de la coopération bilatérale entre la Russie et l’Autriche, selon des propos rapportés par un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

Sergueï Lavrov a critiqué Vienne pour avoir rendu publique cette affaire. «Toutes les inquiétudes mutuelles éventuelles doivent être abordées via les canaux de dialogue existants et doivent être basées sur des faits», a déclaré le chef de la diplomatie russe, cité dans le communiqué.

Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, avait annoncé le 9 novembre qu’un colonel de son armée, à la retraite, était soupçonné d’avoir espionné pour le compte de la Russie pendant des décennies. L’officier aurait commencé à travailler avec les services de renseignement russes dans les années 90 et aurait poursuivi ses activités jusqu’à cette année.

Le ministre autrichien de la Défense, Mario Kunasek, membre du FPÖ (parti nationaliste membre de la coalition gouvernementale), a précisé que l’affaire aurait été mise au jour «il y a quelques semaines» à la suite d’informations fournies par une agence de renseignement européenne.

Pour tenter d’éclaircir la situation, la ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl, a convoqué des diplomates de l’ambassade russe et a d’ores et déjà décidé d’annuler sa visite en Russie, a annoncé Sebastian Kurz lors d’un point presse.

Lire aussi : Qui est Karin Kneissl, la ministre autrichienne qui a invité Vladimir Poutine à son mariage ?