CAMEROUN :: LORS DE SON INVESTITURE : Paul Biya ordonne aux sécessionnistes de déposer les armes …

Dans son discours d’investiture prononcé mardi 6 novembre à l’Assemblée nationale, Paul Biya a opté pour la fermeté face aux partisans de la partition du Cameroun.

Tout est parti des revendications des avocats et des enseignants, auxquelles le président de la République, comme rarement par le passé, a apporté des solutions. Malgré des concessions inédites, au contraire la crise s’est accentuée dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Si bien que de retour d’un voyage à l’étranger, Paul Biya prend, au micro de Charles Ndongo, l’opinion internationale à témoin : «Je pense que les choses sont désormais claires pour tout le monde : le Cameroun est victime des attaques à répétition des bandes de terroristes se réclamant d’un mouvement sécessionniste».

Aux exactions, viols, enlèvements, incendies des édifices publics et privés, etc. des partisans de la partition du Cameroun, le gouvernement se contente de prendre des mesures «pour mettre hors d’état de nuire ces criminels et faire en sorte que la paix et la sécurité soient sauvegardées». Ces «mesures nécessaires pour préserver l’ordre public, ainsi que la sécurité des citoyens et des biens» n’ont pas réussi à persuader les sécessionnistes à abandonner leur funeste entreprise de déstabilisation de l’unité du Cameroun.

Or, note Paul Biya dans son discours d’investiture: «Les grands défis que nécessite l’accès à l’émergence de notre économie, que j’ai rappelés, et les engagements que j’ai pris pour améliorer la qualité de la vie des Camerounais, supposent en premier lieu que des conditions adéquates de stabilité et de sécurité soient réunies.» Et le président de la République réélu, qui annonce notamment l’accélération de la décentralisation afin d’apporter des réponses aux aspirations et frustrations de la majorité des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, donne des gages dans ce sens, en haussant le ton au besoin.

Désormais Paul Biya est sans concession pour ceux qui ont pris en otage la frange la plus importante de la population de ces deux Régions attachée à l’unité nationale : «A ces entrepreneurs de guerre, qui mettent à mal notre unité nationale et prônent la sécession, il faut qu’ils sachent qu’ils se heurteront non seulement à la rigueur de la loi, mais aussi à la détermination de nos forces de défense et de sécurité. Je leur lance un appel à déposer les armes et à retrouver le droit chemin. J’en appelle tout particulièrement aux jeunes qui se sont laissé entraîner dans une aventure sans lendemain. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le destin de nos compatriotes du Nord-Ouest et du Sud-ouest s’inscrit dans le cadre de notre République.» Un discours qui marque l’option de Paul Biya de mettre fin à la récréation dans ces deux Régions.

10nov.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE