Commémoration des Congolais morts à Tervuren, en marge de l'ouverture de l'AfricaMuseum

En marge de la réouverture de l’AfricaMuseum, nouveau nom du Musée royal de l’Afrique centrale, prévue ce samedi, se tient à midi un rassemblement de commémoration devant les sept tombes alignées le long de l’église Saint-Jean-L’Évangéliste de Tervuren. C’est en effet là qu’ont été enterrés sept Congolais n’ayant pas survécu à l’Exposition Universelle de 1897, indique Intal-Congo, un groupe de réflexion et d’action sur les problématiques du Congo.

Lire aussi
Musée de Tervuren: une vision de l’Afrique débarrassée des démons du suprémacisme blanc (photos et vidéo)

Les sept Congolais enterrés à Tervuren ont été amenés en Belgique avec 269 de leurs compatriotes. Durant l’Exposition universelle, ils devaient dépeindre la vie quotidienne au Congo dans des villages reconstitués et ont été exposés comme des indigènes d’une colonie «non-civilisée». Deux Congolais avaient déjà péri lors de leur transport et sept périrent en Belgique à cause des conditions climatiques.

«Nous plaidons pour une réhabilitation durable de ces sept citoyens et de l’ensemble de la population congolaise qui a eu à souffrir si lourdement de la barbarie des Belges. Une explication correcte de l’histoire derrière ces sept tombes peut rappeler aux générations futures l’époque du colonialisme et son racisme, afin de contribuer à ce qu’elles ne taisent plus jamais l’oppression d’autres peuples», indiquent les organisateurs de la commémoration.

Ces derniers demanderont aujourd’hui que soit placée près de ces sept tombes une plaque commémorative qui rend justice à la véritable histoire, soit une plaque différente de l’actuel panneau indicateur touristique qui a pour objet l’Exposition Universelle de 1897. L’entretien régulier des sept tombes compte également parmi leurs revendications.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Racisme|Bibliothèque et musée|Évolutions climatiques|Belgique|Afrique centrale