Dans la LUCARNE : Modric, malgré les jalousies


Le Ballon d’or de l’hebdomadaire sportif français avait fini par donner son verdict. Cette fois-ci, peu de personnes étaient surprises de le découvrir. En effet, ce journal sportif très prisé, suivi par beaucoup de personnes avait accordé le Ballon d’or au milieu de terrain offensif croate, Luka Modric. Ainsi, il avait réussi à prendre à «contre pied» tous les spécialistes et autres érudits du football mondial. Il a mis ainsi fin au conformisme ambiant qui avait fait que pendant toute une décennie, Cristiano Ronaldo et Lionel Messi avaient régné en maître. Si ce n’est pas l’un, c’est l’autre. Ce charivari en « une deux » aux couleurs espagnoles avaient fait couler beaucoup d’encre tout en laissant les spécialistes sur leur faim. Indirectement, on avait comme l’impression que nombreux étaient —et le sont toujours— contre le « changement » (Cristiano-Messi). C’est dans cette optique et aussi après le départ de Cristiano Ronaldo du Real Madrid  à la Juventus, que les « bookmakers » ont pris un autre choix concernant le vote du Ballon d’or. Et voilà qu’on leur sort du chapeau un « lapin » que personne n’attendait ou presque. Le Croate, faut-il le préciser, avait réussi un Mondial pour le moins exceptionnel et avait vraiment mis tout le monde d’accord. De plus, ni Ronaldo, ni Messi n’ont réussi  à l’égaler ou faire ce qu’il avait fait devant ses adversaires. Il faut dire que ce joueur a été étincelant et ses prestations durant le Mondial russe ont été somptueuses. D’ailleurs, au Real Madrid, ce joueur est aussi en train de réussir de très bonnes choses. Par conséquent, le verdict final qui donne raison à la nouvelle politique mondiale ne peut que pousser d’autres joueurs à sortir de l’anonymat et de l’oubli surtout. On avait vu comment de grands joueurs comme Del Piero, Pierlo étaient passés à côté alors qu’ils faisaient sensation. Cette nouvelle donne ne peut qu’être encouragée. Les observateurs en ont marre de voir toujours les mêmes joueurs monter sur la plus « haute marche du podium ». Un Messi qui prend la cinquième place,  la famille de Cristiano très malheureuse après le succès de Modric, sont des grands changements. On ne comprenait ce qui arrivait à leur fils, considéré comme le meilleur joueur du monde sur « papier ». Au fond, tous ceux qui avaient voté, journalistes, dirigeants, entraîneurs…, avaient une idée tout à fait contraire à la pensée générale. Et c’est ce qui tranche avec tout ce qui se faisait par le passé. D’autres joueurs comme Ribérey, Griezmann, Aspas, Mbappé et bien d’autres ont l’esprit tranquille de voir leurs chances décupler pour connaître dans un proche avenir la même consécration que Modric. Le Croate est sacré et  personne ne peut lui retirer cette considération. Certains, chez nous, n’ont pas manqué de fustiger ceux qui ont voté pour le Croate alors qu’ils savent que c’est l’urne qui a tranché. Le dépouillement se fait dans la transparence et la probité relative au fair-play et la sportivité ont été respectées. Les critères de choix ont été suivis à la lettre par les votants. Certes le côté subjectif peut influer, mais là, il faut faire avec. Il y aura toujours des mécontents… Cette année a été celle du Croate Modric. Qu’en sera-t-il pour la prochaine saison 2019. C’est certain qu’il va y avoir un autre vainqueur et tant mieux pour lui . Il y a lieu de relever qu’à 33 ans, il avait fini par mettre chacun devant ses responsabilités. Il y aura toujours des « insatisfaits » et c’est cela le charme d’un tel concours. Il est évident que Modric a fait honneur à lui, à son pays et aussi au Real Madrid… ! «À 33 ans, l’heure de la consécration est venue pour Luka Modric. Le milieu de terrain du Real Madrid et capitaine de la sélection croate a remporté lundi soir le Ballon d’or 2018 décerné par France Football. L’événement est historique, puisque Modric a mis fin au règne de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, qui se partageaient la plus prestigieuse distinction individuelle du foot depuis dix ans. Modrić a donc presque tout raflé cette année : vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid, il a remporté le titre de meilleur joueur de la Coupe du monde après avoir amené la sélection croate en finale contre la France, ainsi que le titre de meilleur joueur de l’année de la Fifa ».

Ce n’est que justice pour ce « porteur d’eau » d’un club, le meilleur du monde qui a remporté la saison écoulée le Mondial des clubs. De plus, dans l’entre jeu, c’est quelqu’un qui peut vous faire renverser un match d’une simple balle en profondeur. C’est vrai que d’autres joueurs aussi méritent de remporter le sacre du «Ballon d’or » de l’année 2018, mais dévolu tous est tombé sur Modric et c’est une très bonne chose !
  Hamid Gharbi