Lavrov: les USA veulent que la Russie renonce à ses missiles testés dans le cadre du FNI

Sergueï Lavrov

©
Sputnik . Vitaliy Belousov

Sergueï Lavrov a commenté l’exigence formulée par la sous-secrétaire d’État américaine au contrôle des armements, Andrea Thompson, que Moscou arrête de développer son système de missile 9M729 ou modifie cette arme afin que sa portée, comme le déclare Washington, ne viole plus le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

S’exprimant sur l’intention de Washington de sortir du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) dans 60 jours, annoncé mardi 4 décembre par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, le ministre russe des Affaires étrangères a souligné que Moscou n’avait jamais reçu de documents de la part des USA sur de prétendues violations de cet accord et que les accusations américaines sur le non-respect du Traité par la Russie étaient gratuites, le missile 9M729 ayant été testé à une portée autorisée.

«Nous rappelons encore une fois que les États-Unis, lorsqu’ils ont commencé à nous accuser de violer ce Traité il y a quelques années, le faisaient sans aucune preuve et que nous avons dû leur tirer les vers du nez pour comprendre de quoi ils parlaient et ce à quoi ils faisaient allusion», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse donnée dans le cadre du conseil ministériel de l’OSCE à Milan.

Sergueï Lavrov a indiqué que Washington avait finalement fait référence à un missile concret, le 9M729, et s’était mis à affirmer que sa portée était interdite par le Traité.

«Or nos informations sur le déroulement de ces essais prouvent le contraire. Il a été testé à une portée autorisée par le Traité FNI et dans des conditions prévues par celui-ci», a-t-il fait remarquer.

Les États-Unis exhortent la Russie à renoncer au missile 9M729 (SSC-8 selon l’Otan) ou à modifier le système afin que sa portée, comme le déclare Washington, ne viole plus le Traité FNI, avait indiqué jeudi aux journalistes la sous-secrétaire d’État américaine, Andrea Thompson.

En octobre, Donald Trump avait annoncé que les États-Unis prévoyaient de sortir du Traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire signé le 8 décembre 1987 par Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan. Le document en question abolissait l’usage de toute une série de missiles d’une portée comprise entre 500 et 5.500 kilomètres.