Le Beerschot, grâce à un quadruplé de Vanzeir, écarte Tubize (5-2)

Beerschot 5

Tubize 2

Les buts : 6e et 22e Vanzeir (1-0 et 2-0), 30e Vanzeir sur pen. (3-0), 65e Henry (3-1), 77e Vanzeir (4-1), 81e Bueno (4-2), 88e Prychynenko (5-2).

Beerschot : Vanhamel, Bourdin, Prychynenko, Van Den Bergh, De Jonghe, Van Hyfte, De Mets, Maes, Hoffer, Messoudi (71e Abaz), Vanzeir (87e Placca).

Tubize : Defourny, Nirisarike, Goudiaby, Weymans (32e Vidémont, 58e Bueno), Lippini, Schuster, Köse, Garlito, Agyiri (71e Diawara), Nemane, Henry.

Cartes jaunes : Bueno, Henry.

Le choc des deux leaders de la deuxième phase du championnat n’aura jamais eu lieu, tant le Beerschot a dominé, de la tête et des épaules, l’AFC Tubize en première période. Après une tentative de Nemane, les Anversois prenaient rapidement les commandes de la rencontre grâce à Vanzeir qui profitait des largesses tubiziennes pour ouvrir la marque. Un but qui assommait les visiteurs, battus dans tous les compartiments par leurs hôtes. Engagement, justesse technique et jeu en un temps : tout réussissait au Beerschot qui doublait la marque grâce à l’inévitable Vanzeir (22e). Malgré une timide réaction, Tubize allait boire le calice jusqu’à la lie puisque Vanzeir convertissait un penalty à la demi-heure pour s’offrir un hat-trick. Pas encore rassasiés, les Rats poussaient en fin de première mi-temps, obligeant Defourny à se détendre à deux reprises.

Tubize, blessé dans son orgueil, n’avait pas le choix : il fallait montrer un tout autre visage en seconde période. Une combinaison rapide était mal négociée par Henry avant que Vanzeir ne manque le 4-0. Garlito et Agyiri, à deux reprises, alertaient alors Vanhamel qui comptait bien conserver ses filets inviolés. Thomas Henry ne l’entendait pas de cette oreille et profitait d’un mauvais dégagement de Prychynenko sur corner pour réduire la marque. Le tempo imprimé par le Beerschot en première période était descendu d’un cran et les Sang et Or en profitaient pour montrer un visage plus conquérant. Mais l’intenable Vanzeir y allait de son quatrième but avant que Bueno ne plante la réduction du score à dix minutes du terme. Prychynenko coupait les derniers espoirs tubiziens d’une frappe pure des 20 mètres.