Michel Preud'homme: "On reconnaît une grande équipe à sa constance"

StandardMichel Preud’homme souhaite vivement que son Standard enchaîne des séries.

Créatif. Voici ce que Michel Preud’homme devra être, ce samedi, au moment de coucher sur papier son onze de base tant les absences sont légion.

“J’ai pris mon petit copion car j’avais peur d’en oublier” , ironisait le Liégeois vendredi après-midi, au moment d’énumérer toutes les absences (Mpoku, Djenepo, Carcela, Pocognoli, Bokadi et Cavanda).

Michel Preud’homme est privé d’une bonne partie de sa division offensive avec le forfait de Mpoku qui est venu se greffer aux suspensions de Djenepo et Carcela. Ces trois-là réunis, ce n’est pas moins de 11 buts sur les 24 inscrits par les Rouches en championnat.

“Il faut également ajouter l’incertitude qui plane autour d’Orlando Sa” , ajoute MPH. “Il faut parfois être créatif et trouver ce qu’il y a de mieux pour ce match, c’est notre boulot.”

Après le non-match à Bruges, le Standard est dans l’urgence de prendre des points s’il ne veut pas être décroché du top 6. En cas de défaite au Stayen, les Liégeois compteraient déjà 7 points de retard sur les Trudonnaires.

“Être dans l’urgence, je n’ai jamais connu que ça, donc rien ne change , ironisait de nouveau Preud’homme, qui évoquait ensuite les soucis rencontrés par les siens en dehors de leurs bases (2 victoires en 9 déplacements). “Il est vrai que l’on connaît des difficultés à l’extérieur cette saison, même si on a tout de même eu plusieurs bonnes prestations. Au-delà de ça, ce que je recherche pour mon équipe, c’est de la constance. C’est ça qui nous fait encore défaut. On avait enregistré deux succès de rang en championnat avant de créer l’exploit contre Séville et, à Bruges, on n’était pas prêts, pas tous du moins.”

Pour Michel Preud’homme , c’est plus que jamais la régularité qui sera la clé.

“Bien jouer, tout le monde en est capable et toutes les formations de l’élite l’ont déjà fait cette saison. Mais ce qui différencie les petites et moyennes équipes des grandes, c’est la constance. Disputer 5, 10 ou 24 bons matchs en phase classique, c’est différent.”

Le coach du Standard poussait plus loin son analyse.

“Nous, on cherche toujours cette constance et j’ai d’ailleurs dit à mes joueurs que ce n’était pas un hasard s’ils avaient remporté deux coupes ces dernières années. Cette compétition nécessite d’être prêt à un moment donné. Le championnat, c’est la régularité !”

Pour être régulier, il faudra d’abord vaincre Saint-Trond, ce qui, dans les faits, ne sera pas une mince affaire.

“Je ne suis pas surpris par la réussite de ce club que je considère comme un concurrent direct pour le top 6. Marc Brys sait comment mettre une équipe en place et il y a pas mal de qualités dans son effectif , ponctue Michel Preud’homme.

Kevin Sauvage