Theo Francken l'annonce: «S'il y a un engagement sur le Pacte de l'ONU sans notre accord, la N-VA sortira du …


Pourquoi la N-VA veut-elle un conseil des ministres spécial, alors que pour ses partenaires, une décision a déjà été prise ?


Faux ! Il n’y a jamais rien eu d’officiel. On me parle d’un consensus en septembre. S’il y a un consensus, il doit être permanent et là, il n’y a pas de consensus… On veut donc un point de vue officiel. Savoir ce que le Premier ministre fera à Marrakech ou à New York. C’est le moment de prendre une décision, tous les pays européens font de même. Sans consensus entre les quatre partis de la majorité, Charles Michel ne peut pas engager le gouvernement belge. Il évoque la Constitution, car il sait qu’il y a un problème…


On a l’impression que la N-VA ne sortira pas d’elle-même de ce gouvernement. Ni que les autres veuillent l’en exclure. On se regarde donc en chiens de faïence, même si le Premier ministre signe le pacte ?


Non. S’il y a un engagement sur le pacte sans notre accord, la N-VA sortira du gouvernement.


Même si les organisations d’employeurs comme la FEB, le Voka flamand, l’UCM vous implorent de ne pas faire tomber la majorité ? Vous n’êtes pas sensible à l’appel ?


Si, bien sûr, je les comprends, mais ils doivent comprendre que cette question-là, c’est notre ADN. Garder la tête froide, mais aussi la tête haute. On ne peut pas transiger avec cela. C’est dans l’intérêt de notre souveraineté que nous disons clairement « non » au pacte de Marrakech. Autrement, nous continuerons à subir l’immigration. (…)

> La suite de son interview à lire dans nos éditions digitales.