Le 16 janvier 1979, le chah d'Iran a fui le pays (photo)

Le 16 janvier 1979, la famille Pahlavi fuyait l’Iran sous la pression de la rue et ouvert la voie au retour de l’ayatollah Khomeiny.

Pour le souverain déchu, c’est le début d’une longue errance qui s’achèvera au Caire, où il meurt le 27 juillet 1980.

‘’Je suis très fatigué’’, a déclaré le souverain avant de monter dans le Boeing 707 bleu ciel et blanc qu’il pilote lui-même et qui devait le déposer à 13H30 GMT à Assouan, en Haute-Egypte, où le couple impérial est l’hôte du président Anouar al-Sadate, avant de se rendre aux Etats-Unis, après une brève escale dans un pays européen.

C’est dans la discrétion que le chah d’Iran a, pour la seconde fois depuis son accession au trône, en 1941, pris le chemin de l’exil. Il avait connu un premier exil en 1953, à l’époque du premier ministre nationaliste, Mohammad Mossadegh.

Le départ du chah, annoncé à la radio. ‘’Chah raft (le chah est parti), vive Khomeiny’’, ont scandé les manifestants qui ont aussitôt envahi les rues de la capitale, dans le vacarme des klaxons actionnés par les automobilistes, en signe d’allégresse.

Pendant ce temps, depuis sa résidence de Neauphle-le-Château, proche de Paris, l’adversaire le plus acharné de la dynastie des Pahlavi, l’ayatollah Khomeiny, a félicité le peuple iranien pour ‘’cette première étape’’ vers la ‘’victoire’’.

Enfin, l’ayatollah s’est borné à dire qu’il regagnerait son pays dont il est exilé depuis 15 ans.