Newmont-Goldcorp, un mariage en or

Le groupe minier américain Newmont Mining met la main sur son concurrent Goldcorp. L’opération réalisée par une transaction en actions évaluée à 10 milliards de dollars donnera naissance au “numéro un mondial de l’or”, selon les dires de Newmont.

Il y a trois mois, le secteur de l’or a vécu un mariage retentissant avec l’union entre Barrick Gold et Randgold Resources, un deal à 5,4 milliards de dollars et qui peut produire jusqu’à 7,9 millions d’onces d’or par an. Ce lundi, une nouvelle opération du genre vient secouer le secteur. Les Américains de Newmont mining s’emparent du concurrent canadien Goldcorp. Et à deux, ils entendent bien bousculer à nouveau la hiérarchie chez les producteurs d’or.  

Un mariage à 10 milliards 

A son terme, attendu au cours du quatrième trimestre 2019, l’entité fusionnée sera “le numéro un mondial du marché de l’or, avec les meilleurs actifs, les meilleures perspectives”, se réjouit le CEO de Newmont, Gary Goldberg. Ce dernier restera à la barre jusqu’à l’absorption de Goldcorp et remettra alors les clés du groupe à Tom Palmer, le président du groupe minier. 

Millions d’onces d’or par an
Newmont et Goldcorp ont respectivement produit 5,3 et 2,6 millions d’onces d’or. En fusionnant, les deux entreprises peuvent espérer produire 6 à 7 millions d’onces d’or par an sur les dix prochaines années.

La transaction en actions est évaluée à 10 milliards de dollars. Les actionnaires de Newmont détiendront environ 65% du capital de la nouvelle structure, contre 35% pour ceux de Goldcorp. Pour arriver à ses fins, Newmont offre donc aux actionnaires de sa cible 32,80% de l’une de ses actions pour chaque titre Goldcorp. Cela représente une prime d’environ 17% par rapport à une moyenne pondérée des actions des deux sociétés sur les 20 derniers jours. L’ardoise de 10 milliards de dollars est complétée par 2 cents supplémentaires pour chaque action Goldberg. 

Newmont Goldcorp, la nouvelle entité formée, entend également offrir à ses actionnaires le dividende “le plus élevé parmi les producteurs d’or”, à 0,56 dollar par action.

Des économies à la pelle 

Comme c’était le cas pour Barrick, Newmont prévoit sur les deux années à venir de mettre en vente plus de 1,5 milliard de dollars d’actifs jugés non stratégiques. Le but est donc de se concentrer sur les mines les plus performantes. Egalement au programme, une réduction des coûts à hauteur de 100 millions de dollars par an grâce aux synèrgies. 

Dans les transactions électroniques avant-Bourse, le titre de Goldcorp

 profitait de l’annonce de Newmont

, grimpant de 13% à Wall Street pour se rapprocher des 11 dollars.