Une grève générale devrait paralyser la Belgique à partir de mardi soir

Le 31 janvier dernier, 12.500 jeunes avaient défilé dans les rues de Bruxelles pour une marche pour le climat. / Yves Herman/X00380

Une grève générale va toucher la Belgique à partir de ce mardi à 22 heures. Elle devrait durer toute la journée de mercredi. La raison: une augmentation des salaires jugée trop insuffisante.

Les Belges sont prévenus: le pays devrait être complètement paralysé ce mercredi en raison d’une grève de grande ampleur. Les transports en commun, mais aussi ferroviaires et aériens ne circuleront presque pas. Près de trois quarts des vols prévus à l’aéroport de Bruxelles-Zaventem seront supprimés et l’aéroport de Charleroi sera totalement fermé. Un train sur deux est également annulé.

Les administrations, le service postal, les écoles et la collecte des déchets seront également très perturbés. Enfin, les entreprises et les centres commerciaux seront également impactés.

Ce mouvement de grève fait suite à un appel du front commun syndical. La raison principale de ce mouvement est la question des salaires. En effet, un nouvel accord interprofessionnel pour 2019-2020 entre patrons et syndicats devait avoir lieu mais les syndicats ont tout simplement claqué la porte des négociations.

Les syndicats espéraient une augmentation salariale de 1,5% sur deux ans. Mais les employeurs ont refusé d’aller au-delà des 0,8%. Les syndicats dénoncent le fait que dans le calcul du coût du travail en Belgique, il ne soit pas tenu compte des diminutions de charges sociales accordées aux employeurs depuis 2016 sous le nom de «tax shift». Ce qui représente un montant de trois milliards et demi d’euros.

Les organisations syndicales déplorent également le peu d’ouverture des employeurs, notamment sur le volet qualité de l’emploi ou encore la répartition de l’enveloppe bien-être destinée à augmenter les plus petites allocations sociales. Enfin, ils réclament de meilleures conditions de fin de carrière.

» LIRE AUSSI – Belgique, Allemagne, Pays-Bas… Le mouvement des «gilets jaunes» s’étend à l’étranger

Cela fait quatre ans que (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Belgique: une grève des rails à deux vitesses 
Belgique: tout savoir sur le nouveau gouvernement 
Belgique: chronique d’une implosion annoncée 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro