Défense: face aux missiles russes, «on veut éviter l'escalade»

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, en conversation avec le secrétaire américain à la Défense par intérim, Patrick Shanahan, mercredi au siège de l’Alliance à Bruxelles.

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, en conversation avec le secrétaire américain à la Défense par intérim, Patrick Shanahan, mercredi au siège de l’Alliance à Bruxelles. – AFP.

Il faut « éviter toute escalade ». Tel est – à ce stade… – le leitmotiv du secrétaire général de l’Otan, l’ex-Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg. Les Européens de l’Alliance atlantique sont engagés dans un exercice pour le moins délicat, eux qui contemplent, relativement impuissants, les Etats-Unis et la Russie déchirer inexorablement « cette clé de voûte » de la non-prolifération des armes nucléaires : le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

Vous désirez lire la suite de cet article ?

1€ pour 1 mois (sans engagement)

J’en profite